Local de Brian Wood et Ryan Kelly

27 Avr

Local-WoodKelly

 

Histoires courtes sur les USA

De ville en ville, nous suivons les pérégrinations de Megan qui traverse les angoisses et les turpitudes des Etats-Unis en crise. Dans chaque ville où elle s’installe, Megan essaie de construire des relations amicales ou amoureuses. Megan essaie aussi de comprendre le monde qui l’entoure et le plus souvent cela tourne mal, très mal ou cela vire au cauchemar… et Megan doit partir. Cette BD délivre tout à la fois un portrait de chaque ville et en creux celui des USA, ainsi que le portrait d’une jeune femme en quête d’elle-même. Cette errance lui a permis de faire le deuil de certaines choses et l’a construit. Megan est maintenant prête pour affronter une nouvelle phase se sa vie. Le dessin entre réalisme et fantastique pose très vite les situations et nous tient toujours en haleine.

 

Publicités

Harpignies de François Darnaudet et Elric

25 Avr

album-cover-medium-22428

A l’occasion des funérailles de sa grand-mère, le jeune Eric Harpignies apprend que ses parents ont été obligés de se séparer du dernier tableau de son aïeul, le peintre paysager Henri Harpignies (1819-1916). Néanmoins, il récupère un carnet de croquis, qui va le pousser à s’intéresser à ce peintre et aquarelliste aujourd’hui méconnu. Sa vie va s’en trouvée bouleversée. Tombé amoureux d’une jeune femme, rencontrée au musée Fabre de Montpellier, Eric va se mettre en danger, en devenant faussaire.

Alternant des scènes de la vie du peintre Harpignies, représentant de l’ Ecole de Barbizon, et les péripéties de son descendant Eric (alias Elric Dufau-Harpignies), ce biopic fictionnel, publié dans la collection Blandice chez Paquet, constitue un hommage plein de fraîcheur à son ancêtre et à cette peinture paysagère du XIXe siècle, tombée dans l’oubli après les révolutions picturales de la fin du siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conférence : Bande dessinée et numérique : nouveaux supports, nouveaux usages

17 Avr

article_bd

La BD numérique, on en cause, on en cause toujours. Co-fondateur de la revue en ligne Le Professeur Cyclope, l’auteur Gwen de Bonneval a participé avec d’autres auteurs, universitaires et acteurs de cet univers, à une table ronde organisée par l’Université de Nantes sur la bande dessinée numérique (26-27 février 2014) et retransmise sur sa WebTV. Retrouvez ici l’émission.

La Grande Guerre. Le premier jour de la bataille de la Somme de Joe Sacco

14 Avr

greatwar

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les sorties d’albums consacrés à la Der des Der, un ouvrage venu des Etats-Unis se démarque. Le Moyen Age a eu ses grandes fresques guerrières, comme la tapisserie de Bayeux, relatant l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant. La Guerre 14-18 a désormais la sienne avec l’album de Joe Sacco. Après avoir couvert les conflits en Bosnie (Gorazde…) et en Palestine (Palestine, Gaza 1956…), Joe Sacco aborde ici la première journée de la bataille de la Somme, le 1er juillet 1916. Bataille qui a causé la mort de 20 000 soldats britanniques. Cette journée décisive se déploie dans un livre accordéon de 24 pages, et ce sur près de 7 mètres ! En un seul et ample mouvement panoramique, d’ouest en est, cet album relate dans les plus infimes détails, l’acheminement des troupes et du matériel, les combats mais également l’évacuation des blessés. Ce livre est accompagné d’une préface de l’historien américain, Adam Hochschild, qui explique heure par heure, le déroulement de cette bataille de la Somme. Découvrez également l’engagement britannique dans la Première Guerre mondiale dans la série La Grande Guerre de Charlie de Pat Mills et Joe Colquhoun, aux éditions Delirium.

Une oeuvre qui fera date dans la bande dessinée historique, éditée chez Futuropolis et Arte Editions.

 

 

Biographies dessinées de maîtres du 9e art

4 Avr

georges

 

 

 

gringos

Vies réelles, vies romancées… vies d’auteurs de bande dessinée

Quelques albums parus depuis 2012, ont abordé  le parcours d’auteurs de l’Ecole franco-belge, d’Hergé à Fournier, en passant par Jijé, Franquin, Morris ou Tillieux.

Dans Georges & Tchang, l’auteur Laurent Colonnier, prête une relation « singulière » entre l’auteur de Tintin et Tchang, Chinois rencontré à Bruxelles dans les années 30. Wouah… fallait ôser !  Au-delà de cette relation supposée, c’est toute une époque que l’on découvre, à travers la création artistique régnant dans la capitale belge et la montée des périls, tant en Europe qu’en Extrême-Orient. Surprise, le dessin est en noir (plutôt gris et blanc). Dans Gringos Locos de Yann (scénario) et Schwartz (dessin), le trio Franquin, Morris et Jijé, auteurs dans Journal de Spirou, se rendent aux Etats-Unis en 1948, pour tenter de faire carrière dans le dessin animé, chez Walt Disney. Avant de revenir en Belgique. Histoire vraie, rendue par un graphisme dynamique, que n’auraient pas renié les trois maîtres de la bande dessinée franco-belge. Avec M’sieur Maurice et la Dauphine jaune de Bazile, on avance dans le siècle. Années 50, M’sieur Maurice, alias Maurice Tillieux, le père de Gil Jourdan, est à la recherche du scénario idéal. Ce qui va l’amener à parcourir les routes du Vieux Continent. Enfin, Dans l’atelier de Fournier,  Joub (scénario) et Nicoby (dessin), s’attachent à Jean-Claude Fournier, auteur de Spirou après l’abandon de Franquin. Un auteur qui a connu une carrière en dents de scie, et auquel rendent hommage ces deux auteurs, Bretons tout comme Fournier. Une biographie dessinée, parcourue d’archives d’un autre maître du 9e art.

Des biographies plus ou moins romancées d’auteurs incontournables de la Franco-belge, traitées avec humour ou délicatesse, qui comportent de nombreuses références et clins d’oeil. Des Auteurs à (re)découvrir !

 

maurice2

 

atelier3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peintres de la Renaissance dans la bande dessinée

27 Mar

visiondebacchus

leonard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les sorties récentes, deux albums rendent hommage à des maîtres de la Renaissance italienne, Antonello de Messine e il famoso Leonardo da Vinci.

La vision de Bacchus de Jean Dytar, one-shot paru chez Delcourt, s’attache à la figure d’Antonello de Messine (1430-1479). Arrivé à Venise, le jeune Antonello fait la connaissance du peintre Giovanni Bellini, et devient la coqueluche des belles de la Sérénissime. Sur fond de rivalité entre les deux peintres et de romance, entre Antonello et son modèle, la femme d’un banquier, on découvre toute l’effervescence artistique régnant en Italie. Sont révélés les parcours de différents peintres italiens, ainsi que les techniques de la peinture à l’huile à travers des oeuvres reproduites fidèlement au fil des pages.

dytar3

 

Il Salaïno, premier volet du diptyque Leonard & Salai de Benjamin Lacombe et Paul Echegoyen, édité chez Soleil, aborde la vie intime de Leonard de Vinci. Homosexuel, il s’est entiché d’un voyou des rues florentin, prénommé Salaï « le diable », de 30 ans son cadet. Un jeune homme à l’allure androgyne qui aurait pu servir de modèle à la Joconde ! Là encore, nos deux auteurs ont réinterprété l’oeuvre du maestro à travers  différentes techniques graphiques. La Cène en double page constitue une magnifique réinterprétation du chef-d’oeuvre de Léonard.

leonard2Retrouvez ici et ici d’autres chroniques d’albums consacrés à des peintres.

 

Manga : Ad Astra, Scipion l’Africain & Hannibal Barca de Mihachi Kagano

24 Mar

astra

Après une plongée fantastique dans la Rome antique avec le récit Thermae Romae de Mari Yamazaki, voici qu’un autre manga aborde la cité du Tibre à travers les Guerres puniques, qui ont opposé  la république romaine à la cité de Carthage. Tout débute  en Sicile, en 241 avant J.-C, au moment où le général carthaginois Hamilcar Barca capitule face aux troupes de Publius Cornelius Scipio. Son jeune fils Hannibal est témoin de cette défaite, et voue dès lors une haine profonde à l’égard de Rome. Quelques vingt ans plus tard,  hannibal mène une expédition armée contre Rome à travers les Alpes. En fin stratège et orateur hors-pair, Hannibal réussit à rallier les Gaulois, installés dans le nord de l’Italie, et à déjouer les plans romains pour le cerner. Cette expédition pourrait bien sonner le glas de la cité du Tibre sur la Méditerranée occidentale. Mais, c’est sans compter sur le fils de Publius Cornelius, Scipion que l’on nommera l’Africain, un jeune homme intelligent qui va bientôt se révéler.

Très bien documentée, cette guerre entre le deux cités rivales, est vue à travers le face à face entre deux jeunes généraux, pleins de talent, qui essaient de comprendre la stratégie de leur ennemi. Récit de stratégie militaire, Ad Astra est aussi un authentique récit de guerre, avec des scènes de combat violentes et épiques, rendues par un graphisme réaliste et un découpage énergique. Au fil des pages, plusieurs plans large retiennent l’attention.

Premier tome d’une série historique à suivre chez Ki Oon. Alea jacta est !