La manifestation

Notre travail de bibliothécaire ne se résume pas seulement à acquérir des bandes dessinées… mais également à les promouvoir  ! D’essayer de faire découvrir toute la richesse de ce médium qui explore sans cesse de nouveaux territoires, que ce soit dans les thèmes ou dans les graphismes.

Pour aller plus loin dans la promotion du neuvième art, nous organisons depuis 2006 une semaine de la bande dessinée dans le Haut-Rhin : le désormais célèbre, incontournable, et de renommée internationale « Le 68 fait des bulles » !

Nous sélectionnons chaque année une thématique autour de la bande dessinée en tenant compte des souhaits exprimés par les bibliothécaires, mais aussi des nouvelles tendances de l’édition.

La semaine débute par deux journées de formation en direction, prioritairement, des bibliothécaires de notre réseau , mais ouvertes à tous ceux qui sont intéressés (dans la limite des places disponibles).

Deux auteurs, dont le travail ou l’inspiration s’apparente au thème,  sont invités par nos soins et partent à la découverte du public haut-rhinois avec des rencontres scolaires la journée et tous publics en soirée. Des moments toujours passionnants, où ils expliquent les différentes étapes de création d’une bande dessinée avec présentation de leurs planches originales. Et se prêtent aussi de bonne grâce au jeu des questions-réponses !

Pour prolonger cette semaine, nous proposons chaque année une bibliographie avec des critiques de bandes dessinées, qui comporte également une biographie des auteurs invités :  vous pouvez les télécharger en cliquant directement sur les illustrations du bonhomme Kouglof (si, si, c’est bien un kouglof), symbole de notre manifestation né sous la plume de Marc Lizano, que nous nous amusons à travestir selon les sujets.

2006

Les idées reçues sur la bande dessinée

Pour cette première édition, nous avons choisi de commencer par le début (oui, je sais, c’est assez malin) : essayer de démonter toutes les idées reçues sur la bande dessinée qui sont encore très présentes dans les esprits. « La bande dessinée, ce n’est pas de la lecture, ce n’est que pour les enfants… », « Le manga c’est violent, c’est moche »… Bref, de quoi largement tenir sur deux jours !

Les deux auteurs pionniers sont Marc Lizano, dessinateur entre autres de « La Petite Famille » (Carabas) et Romuald Reutiman pour « Ulice le Lapin » (Paquet).

2007

Le Manga

Malgré son succès en France (une parution sur trois), la bande dessinée japonaise reste encore méconnue et provoque des réactions de méfiance chez de nombreuses personnes… et même chez les bibliothécaires !

La formation a été délivrée par Sébastien Martel, responsable de la librairie Baka Neko à Colmar. Après un rappel historique, il a abordé les codes graphiques et narratifs propres au manga avant de livrer sa « mangathèque » idéale.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir trois auteurs : le tandem Malika Fouchier et Le Gohan pour « Des mots dans les mains » (Delcourt) et Tham2Mo pour « Abbadon Dub » (Paquet). Ils ont évoqué, au gré des rencontres,  l’influence du manga sur leur travail, nourrie par leurs lectures mais aussi par leur passion pour les dessins animés japonais.

Si vous pensez encore que le manga ne se réduit qu’aux seuls ersatz de Dragon Ball… ou si vous désirez simplement quelques pistes de lecture, plongez vous dans notre bibliographie !

2008

L’adaptation littéraire en bande dessinée

Un phénomène ancien mais qui a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années, avec notamment la création de collections qui y sont spécifiquement dédiées, tel « Ex-libris » chez Delcourt ou « Fétiche » chez Gallimard. Une traduction du besoin de légitimité de la bande dessinée ?

Jean-Philippe Martin, directeur culturel du CIBDI,  a exploré pendant deux jours les relations entre littérature et bande dessinée et a souligné la difficulté de transposition entre ces deux supports, si l’on ne possède pas une vision personnelle de l’œuvre à adapter…

Un écueil que les deux auteurs invités ont su éviter avec brio : Renaud Dillies (Betty Blues, Mélodie au crépuscule) a adapté brillamment un conte méconnu des frères Grimm « Frère Joyeux » (Paquet) et Olivier Deloye, par son dessin fin et expressif, a su rendre hommage au monde de Oliver Twist imaginé par Dickens (Delcourt). Nos deux auteurs se sont prêtés au petit jeu organisé pour les soirées tous publics : illustrer en trois cases maximum un conte, lu à haute voix par Guy, en même temps que le public !

2009

Quoi de neuf dans la bande dessinée jeunesse ?

Délaissée au profit de la bande dessinée adulte jugée plus audacieuse et innovante, la bande dessinée jeunesse effectue un retour en force depuis quelques années  : histoires et graphismes originaux et des héros plus ancrés dans la réalité quotidienne des enfants.

La formatrice Agnès Deyzieux a dressé un panorama de l’édition jeunesse  en présentant les nouvelles collections, et notamment celles destinées au nouveau public visé par les éditeurs : les tout petits !

Nous avons convié deux auteurs représentatifs de ce renouveau de la bande dessinée jeunesse : Sylvain-Moizie pour son album « Telle est une Estelle » (Delcourt) qui tente de répondre à la question délicate de « Comment on fait les bébés ? »,  et Emile Bravo pour l’ensemble de son œuvre.

Rencontré lors de la 3ème université d’été à Angoulême, il nous a fait le plaisir de maintenir sa venue malgré la pluie de récompenses reçues pour son « Spirou, journal d’un ingénu » (Dupuis). Pour l’occasion, nous avons étrenné une nouvelle formule : l’apéro BD (ou comment parler de bande dessinée avec un verre à la main) !

Nous passerons rapidement sur l’année 2010, qui fut une année difficile pour la bande dessinée à la médiathèque départementale…

2011

comicsLa Bande dessinée américaine : un voyage culturel à travers la géographie et l’imaginaire américain.

Pendant 2 jours, Jean-Paul Jennequin, auteur de l’ouvrage de référence « Histoire du comic book »,  a abordé l’histoire de la bande dessinée américaine : des origines, en passant bien sûr par les super-héros (représentants de la dernière grande mythologie occidentale), sans oublier la bande dessinée underground (alias le Comix).

Vous trouverez dans cette sélection des histoires de super-héros mais également JJ Dzialowskides Graphic Novels, avec des récits plus intimistes.

Deux auteurs invités : David Sala, dont la passion pour les comics transparait dans One of Us (Soleil) et Jean-Jacques Dzialowski, qui est l’un des dessinateurs français qui travaille le plus régulièrement pour les Etats-Unis.
Outre les rencontres scolaires, d’autres ont également été prévues à la Maison départementale des Personnes Handicapées (M.D.P.H.) de Mulhouse ainsi qu’à la Centrale d’Ensisheim pour favoriser l’accès à la culture de ces publics dits « empêchés ».

2012

musiqueBande dessinée et musique

Le 9ème art et le 4ème art entretiennent une relation ancienne, nombreux sont les auteurs de bande dessinée qui sont également musiciens. Des liens mis en lumière par le formateur Christian Marmonnier, grand spécialiste du sujet puisqu’il organise le festival Bulles Zik conjuguant musique et bande dessinée.

Cette bibliographie est le fruit du partenariat entre le service musique et le secteur bande dessinée de la Médiathèque départementale. Vous y trouverez des récits de fans, des biographies de musiciens…

AC

Invité pour son album « Jazz Club », l’auteur Alexandre Clérisse a rencontré plusieurs collégiens à travers le département, avec lesquels il a évoqué son parcours, et sa façon de travailler avec un ordinateur.

Et pour cette édition musicale, il tombait sous le sens de programmer un concert dessinée : le public a pu assister à la création en direct, par l’auteur Vincent Vanoli, d’une bande dessinée projetée sur écran, accompagnée d’une musique originale de Lauter.

2013

reportageLa bande dessinée de reportage

De Joe Sacco s’emparant de l’histoire contemporaine au travers de tragiques événements dans « Gaza 1956 », à Etienne Davodeau traçant une chronique intime du syndicalisme chrétien dans « Mauvaises gens », les auteurs de bande dessinée sont de plus en plus nombreux à ancrer leurs histoires dans le réel.

Pierre-Laurent Daurès a mis en lumière la présence du reportage dans la bande dessinée d’aujourd’hui et en a présenté les différentes formes : recueil de témoignages, enquête sociologique, récits rendant compte de grands événements historiques du XXe siècle, carnets de voyage etc…

Les deux auteurs invités, Jean-Luc Loyer et Tian dont vous trouverez une présentation complète, ainsi qu’un compte-rendu détaillé de leurs rencontres dans ce bilan en images.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :