Souvenirs d’Angoulême : La tendresse des pierres de Marion Fayolle

4 Fév

Parmi les albums lus à l’occasion du Festival d’Angoulême, celui de Marion Fayolle m’a particulièrement touché.
Illustratrice (notamment pour les revues XXI et Psychologie) et auteure de quelques albums, dont L’homme en pièces, Marion Fayolle a fait l’objet d’une exposition dans la section jeunes talents au festival d’Angoulême. Les planches originales de son dernier ouvrage La tendresse des pierres, édité chez Magnani, y étaient exposées.
Dans cet ouvrage autobiographique, elle évoque avec sensibilité et originalité, la maladie incurable de son père et les bouleversements provoqués au sein de sa famille. Mais également les rapports complexes avec cet homme, qui a été le plus souvent distant et absent. Un homme ici symbolisé par des pierres. A un dessin réaliste, elle a en effet préféré évoquer ses pages douloureuses à travers  un graphisme faussement naïf et riche de métaphores. Un graphisme de toute beauté ! Depuis L’ascension du haut mal de David B, je n’avais pas lu une oeuvre aussi forte sur le thème de la maladie et des rapports familiaux. Un récit incontournable !

photo1

Photo2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :