Fahrenheit 451 adapté en bande dessinée

18 Fév

Dans un avenir proche, posséder une bibliothèque personnelle est devenu illégal. Des brigades de pompiers sont chargées de brûler les ouvrages lors d’autodafés. « Le lundi, brûle Millay, le mercredi Whitman, le vendredi Faulkner, réduis-les en cendres, et puis brûle les cendres ».  Tel est le slogan officiel de la brigade des pompiers à laquelle appartient Guy Montag. Ce dernier s’acquitte très bien de sa tâche, sans se poser de questions … jusqu’à sa rencontre avec Clarisse, sa jeune voisine, une inadaptée dans cette société totalitaire. Les questions dérangeantes de la jeune fille vont peu à peu le faire vaciller. Lors d’un autodafé, il gardera un livre : il est désormais un criminel. Mais son supérieur Beatty le surveille déjà depuis quelque temps…

Ecrit en 1953 par Ray Bradbury dans le contexte du maccarthysme, Fahrenheit 451 décrit une société fascisante où la liberté de pensée n’a plus cours. L’abêtissement des masses règne grace aux écrans de télévision géants qui ont envahi les demeures, diffusant des programmes de divertissement.

Ce récit a donné lieu  à une adaption au cinéma par François Truffaut en 1966. En 2009, Bradbury a supervisé l’adaptation de Tim Hamilton en bande dessinée. La mise en couleur glaçante colle parfaitement à l’atmosphère oppressante du récit.

A découvrir !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :